La fin d’un calvaire, une page se tourne !

 

Ce 6 juin 2012 restera à jamais dans ma mémoire et le mois de mai 2005 aussi. Ces 2 dates ont une grosse signification pour moi sans pour autant entrer dans le détail. La fin de ce calvaire a pris fin le 6 juin dernier et maintenant, je vais pouvoir regarder de l’avant et avancer avec mes projets qui me tiennent à coeur.

Je voulais tout simplement étant donné mon silence sur le sujet, remercier quelques personnes :

– Romy : Comment ne pas te remercier de tout mon coeur après m’avoir connu avec ces problèmes et l’avoir accepté depuis le début sans me juger, comment aurais-je fais sans toi, toi qui m’a apporté tout ce soutien et cette aide. Merci du fond du coeur !

– Mimi : Je n’ai pas de mots pour te dire à quel point tu comptes beaucoup pour moi. Voilà la définition d’un vrai ami. Je te remercie mon meilleur ami pour ce que tu as fais pour moi depuis également le début et surtout vers la fin pour anticiper mes projets d’avenir. Je te considère vraiment plus qu’un ami, plus qu’un frère, alors merci beaucoup !

– Laila : Malgré tout ce qui a pu se passer pour notre famille, ce déchirement : C’est la vie ! Et malgré ton plus jeune âge, tu as su te débrouiller, être mature et toujours être à la hauteur. Tu as toujours été là pour moi à te plier dans tous les sens pour me satisfaire, malgré parfois la distance. Je suis fier de toi. Donc merci beaucoup petite soeur pour tout !

– Nahel et Lilya : Grâce à vous, je tiens le coup et parfois je réfléchis à 2 fois avant de faire une connerie. Vous me donnez le sourire lorsque je suis triste et je prend tous les jours conscience et comme dit Romy, l’importance est la famille. Merci à vous 2 ! Je vous aime !

Voilà ces quelques lignes que je n’aurais peut-être jamais dit en face ou ne serait-ce juste par gêne et par humilité mais je tenais à l’immortaliser à tout jamais 😉

MERCI !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.